Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:59
 

Mercredi soir à Evry, Hollande a pris son temps pour l’un de ces bains de foule qu’il compte multiplier dans les prochains jours. Si la foule n’était pas si nombreuse, elle était acquise. «Hollande président, Sarko dégage!» hurle un jeune homme depuis un escalator tandis que le candidat zigzague entre les différents commerçants. «Je veux lui serrer la main», dit un autre à ses amis, en tentant de se faufiler à travers les différents cordons de sécurité. «Salut président!» arrive-t-il à lui glisser, décrochant un grand sourire du candidat socialiste.

 

François Hollande déambulait dans le centre commercial d’Evry 2, pressé par des badauds qui voulaient lui serrer la main, se faire prendre en photo avec lui, lui parler, l’encourager. Et de se fait applaudir par de nombreux jeunes qui regardent depuis les étages la cohue, après que des sympathisants ont lancé des «François président». Le socialiste lève les yeux, sourire aux lèvres, salue les «spectateurs» de l’étage, imperturbable, alors que son service d’ordre s’agite.

 

Dans le centre commercial, le service d’ordre tente de presser le pas mais le candidat s’y refuse. Il veut prendre le temps avec les habitants des banlieues, territoire qu’il estime «abandonné» par l’Etat. A la sortie, Bernard Cazeneuve, l’un des porte-parole de François Hollande, jubilait de ce bain de foule, que Nicolas Sarkozy, dit-il, ne pourrait plus faire vu son impopularité. «François Hollande veut une campagne de rencontres, simple, sincère, authentique, pas une campagne de tohu-bohu», explique-t-il.

 

Arrivant sur la scène de l’Agora, devant un peu moins de 2.000 militants qui lui ont réservé un accueil triomphal, Hollande lance: en dépit «des sondages dont je ne sais rien, vous êtes le meilleur indicateur de la victoire qui se dessine, qui monte, qui vient». Et de jubiler: «Et nous ne sommes qu’à deux mois de l’élection!» Le socialiste, très incisif sur le thème de la République, reprend:

 

 «Soyez fiers d’être Français, soyez fiers de la République et de la France réconciliée!» «J’ai besoin de vous», conclut-il. «Nous aussi!» crient en échos des femmes depuis les tribunes.

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:48


Sarkozy et le Fouquet's ... les regrets ont du... par LeNouvelObservateur

Pour la première fois, mercredi soir, le président a concédé s'être trompé en fêtant sa victoire de 2007 dans ce restaurant chic.

Nicolas Sarkozy devant le Fouquet's, à Paris, le 6 mai 2007.

Nicolas Sarkozy devant le Fouquet's, à Paris, le 6 mai 2007. 

Invité du journal télévisé de France 2, mercredi soir, Nicolas Sarkozy a pour la première fois concédé s'être trompé en fêtant sa victoire de 2007 au Fouquet's, restaurant chic des Champs-Élysées.

 

 Cette soirée, à laquelle avaient été invités de nombreux grands patrons, et sa décision de passer quelques jours à bord du yacht de Vincent Bolloré lui ont valu de très nombreuses critiques et le sobriquet, largement repris par la gauche, de "président des riches".

"Si c'était à refaire, je ne referais... ne reviendrais pas dans ce restaurant puisque que ça été vraiment le feuilleton", a déclaré Nicolas Sarkozy en butant sur les mots. Avant de minimiser immédiatement la portée de cette "erreur" en la comparant aux "scandales retentissants du Rainbow Warrior, de visites de chefs d'État français à des dictateurs".

"Il y a un côté petit garçon" (Hollande)

Par ailleurs interrogé sur le ton de la campagne, Nicolas Sarkozy a jugé ne pas avoir "franchi les bornes" en accusant à plusieurs reprises son rival socialiste François Hollande d'avoir menti. "Si on ne veut pas être critiqué, il ne faut pas être candidat", a-t-il rétorqué, renvoyant ses adversaires aux nombreuses critiques qu'ils lui ont adressées depuis 2007.

 

Avant cette prestation télévisée, centrée sur l'emploi, et dont il doit décliner les thèmes lors d'une visite et une réunion publique jeudi à Tourcoing et à Lille, il a réuni, mercredi près de son QG de campagne, les parlementaires de sa majorité pour les mobiliser face à un candidat socialiste toujours favori des sondages. Commentaire enthousiaste du député de Paris Bernard Debré à l'issue de la réunion : "Quand Nicolas Sarkozy entre en campagne, ça dépote !"

 

 

Interrogé jeudi matin sur ces regrets, François Hollande a ironisé : "Oui, ça m'a touché. Il y a un côté petit garçon qui vient de dire qu'il ne retournerait plus au Fouquet's la fois prochaine", a déclaré sur France Inter le député de Corrèze. "Il a même balbutié, bafouillé. Il y avait quelque chose d'émouvant de celui qui était allé au Fouquet's il y a cinq ans et qui promettait de ne plus y revenir", a-t-il assuré. "Eh bien, il n'aura pas besoin d'y revenir, puisque j'espère qu'il ne sera plus président", a conclu François Hollande sur ce point.

source le point

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 10:24
La secrétaire d'état à la Santé, Nora Berra, à Toulouse le 21 juillet 2011.
La secrétaire d'état à la Santé, Nora Berra, à Toulouse le 21 juillet 2011.

La secrétaire d'Etat à la Santé dénonce le refus de l'UMP de l'investir dans la 4e circonscription de Lyon, à cause de ses origines algériennes selon elle.

La secrétaire d'Etat à la Santé, Nora Berra, a dénoncé jeudi sur RTL le refus de l'UMP de la désigner comme candidate du parti dans la 4e circonscription de Lyon, affirmant qu'il avait trait à ses «origines» algériennes.

 

«On m'a fait comprendre que mes origines pouvaient poser un certain problème à certains électeurs», a déploré Nora Berra, une représentante de la diversité au sein du gouvernement.

 

«Je ne veux pas croire que les instances dirigeantes de ma famille politique puissent s'engager sur une ligne qui va à l'encontre de la ligne qui a été développée par le président de la République», a-t-elle ajouté.

Selon RTL, l'UMP a indiqué qu'un «autre point de chute» était envisagé à Lyon pour Nora Berra. La commission des investitures doit se prononcer à la fin du mois.

 

La 4e circonscription est celle de l'ancien ministre de la Justice Dominique Perben.

 

Nora Berra, cinquième d'une famile algérienne de 11 enfants, a passé sa jeunesse dans la banlieue lyonnaise. Après des études de médecine en Algérie, elle a travaillé à l'hôpital Edouard-Herriot puis dans l'industrie pharmaceutique avant d'entreprendre une carrière politique à Lyon.

 

En juin 2009, elle est entrée au gouvernement comme secrétaire d'Etat aux Aînés. En novembre 2010 elle est devenue secrétaire d'Etat à la Santé, aux côtés de Xavier Bertrand, chargé du Travail, de l'Emploi et de la Santé.

source libération

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 09:43

v

François Hollande.
François Hollande. Le candidat socialiste, interrogé sur France Inter, a démonté une à une les propositions annoncées par Nicolas Sarkozy mercredi soir.

«Mensonge», «mystification», «tour de passe-passe», «promesse fallacieuse»... Invité jeudi matin sur France Inter, François Hollande a tiré à boulets rouges sur la proposition de Nicolas Sarkozy d'alléger les cotisations qui pèsent sur les bas salaires en échange d'une suppression de la prime pour l'emploi. «On dit à des salariés qui gagnent 1.000, 1.200, 1.400 euros qu'ils vont gagner 1.000 euros en plus, mais ce qu'on ne dit pas, c'est que ces mêmes salariés vont perdre la prime pour l'emploi», a fait valoir le candidat socialiste.

 

 Lequel assure avoir «fait les calculs»: «Trois euros, vont avoir les salariés concernés. Trois euros par mois en plus!» Selon lui, les familles seront les principales victimes de cette mesure, car «la prime pour l'emploi est calculée par rapport à la famille et les charges, elles, sont individuelles».

 

François Hollande est aussi revenu sur la promesse de Nicolas Sarkozy d'interdire «définitivement» les retraites-chapeau et les parachutes dorés.

 

 «On se pince! Pendant cinq ans, les retraites-chapeau et les parachutes dorés ont été distribués et là, en fin de mandat, il vient nous dire ce n'est pas juste». «Le groupe socialiste a déposé des amendements en ce sens, chaque fois la majorité les a repoussés», a-t-il ajouté. «Henri Proglio [le PDG d'EDF, ex-patron de Veolia, ndlr] vient de toucher sa retraite-chapeau. Lui a-t-il dit quoi que ce soit?», s'est agacé le député de Corrèze.

«Sarkozy avait un côté petit garçon»

François Hollande s'est aussi livré à des attaques plus personnelles, suite aux regrets exprimés par Nicolas Sarkozy sur l'épisode du Fouquet 's. «Ca m'a touché. Il y avait un côté petit garçon. Il a même balbutié, bafouillé.

 

 Il y avait quelque chose d'émouvant chez celui qui était allé au Fouquet's il y a cinq ans et qui promettait de ne plus y revenir», a ironisé le candidat socialiste. Avant de conclure: «Eh bien, il n'aura pas besoin d'y revenir, puisque j'espère qu'il ne sera plus président».

 

Entre deux critiques, François Hollande a identifié «un sujet sur lequel on pourrait se rassembler pendant cette campagne: la Syrie». «Je suis prêt à ce que tous les candidats prennent la même position de fermeté», au lendemain de la mort d'un journaliste français à Homs.

 

«Ca peut être pris à l'initiative d'une association qui se formerait pour cette circonstance. J'y suis tout à fait prêt», a-t-il insisté

source le figaro

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 09:13

Humour: Sarko à Rungis , se voit déja au Fouquet's

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans humour:caricatures -photo
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:34

« Les idées de Nicolas sont fabuleuses », « Il a tout bien fait », ... Pour Carla Bruni-Sarkozy, tout est bon pour redorer le blason de sa moitié, et par la même se dessiner une image de femme du peuple. Petit tour des déclarations de la première dame de France par Lait d'Beu, qui a quelques semaines de la présidentielle pourraient valoir leur pesant d'or. Ou de cacahuètes.


(Carnaval de Strasbourg - Flickr - ChristinaT - cc)
(Carnaval de Strasbourg - Flickr - ChristinaT - cc)
Nous n’avons pas fini de rigoler ! Peut-être inaugurais-je aujourd’hui une chronique régulière ? Le journal de Carla B. dans le Canard Enchaîné, c’est pur pipeau comparé à la réalité de la com’ de la vraie, en chair et en os.
Le titre, Carla Bruni-Sarkozy : les idées de Nicolas « sont fabuleuses » découvert sur Google Actus m’avait forcément fait de l’œil, mais le titre du Parisien — devenu l’annexe du Figaro Madame — est différent mais non moins intéressant : Carla Bruni-Sarkozy : « C’est à se demander où et comment se font les sondages » .

Lesquels ne sont effectivement guère favorables pour l’instant à son auguste époux. Les dénoncer une fois de plus prouve à l’évidence qu’ils ne sont pas aussi rassurés qu'ils le prétendent. Il restera à se demander — comme Titiou Lecoq sur Slate qui livre le top 10 des déclarations les plus stupides de Carla Bruni-Sarkozy — si « devenir Première dame rend stupide ou si Carla Bruni se fout de nous ».

Pour ma part, je crois que les deux hypothèses sont complémentaires. Montrer son cul pour vendre de la haute couture n’a jamais été un parangon de haute intelligence. Nous ne saurions oublier ce pur morceau d’anthologie Nicolas Sarkozy a six cerveaux sous-titré « C’est sa femme qui le dit ». Son aptitude à la connerie remonte donc loin.

Titiou Lecoq est particulièrement féroce : « Si c’est encore plus flagrant dans ces déclarations de la semaine, ça fait déjà un moment que ses prises de parole donnent l’impression d’une tragique expérience de communicant pervers qui lui aurait brûlé les neurones au chalumeau ». Jubilatoire !

Je ne m’attarderais pas sur ses déclarations concernant sa vie privée dont que je n’ai que foutre. Sinon pour m’amuser qu’elle pût déclarer avoir soit épousé « Dieu »… mazette ! Soit « Nicolas le Jardinier »… dites-le avec des fleurs ! Les siennes puent la groupie à plein nez, et les groupies ne passent guère non plus pour être le summum de l’intelligence. Je vous laisserais toutefois admirer ce stupéfiant oxymoron au sujet de son coup de foudre pour Nicolas S. : « On me dit que tout cela est trop rapide. C'est faux: entre Nicolas et moi, ce ne fut pas rapide, ce fut immédiat. Donc, pour nous, ce fut en somme assez lent ».

J’ai beau savoir que l’espace et le temps peuvent être à géométrie très variable, non seulement pour les scientifiques mais également pour les philosophes à en croire mes grands maîtres Spinoza et Descartes, là, j’avoue être dépassée et perplexe (sur les qualités intellectuelles de la Première dame de France).

Ne pas confondre « fabuleux et affabulation »

Je vous recommande ce réjouissant florilège mais ne m’arrêterais qu’aux points qui concernent sa vision de la politique pour répondre à cette question : comment fait-elle pour trouver « les idées de Nicolas fabuleuses » lors même qu’elle reconnaît ne rien connaître à la politique ?
On appellera cela tenter de résoudre la quadrature du cercle. Je m’en voudrais de ne pas citer un commentaire particulièrement judicieux relevé sous l’article du Parisien : « Il ne faut pas confondre fabuleux et affabulation »… Je ne sais si Le Parisien roule pour Sarko — comme certains le dénoncent — mais comme pour Le Figaro, une grande majorité de commentaires ne sont guère en sa faveur.

Question : « Regrettez vous une action entreprise par votre mari au cours des cinq dernières années ? ».
Réponse : « Je ne m’y connais pas tellement mais franchement, je trouve qu’il a tout bien fait ».
Question : « Soutenez-vous ses propositions d’organiser des référendums ? ».
Réponse : « Là, encore, je ne m’y connais pas. Généralement, je trouve que ses idées sont fabuleuses ».

Ces deux déclarations sont extraites d’une interview recueillie par Alexandre Sulzer pour 20 Minutes : Carla Bruni-Sarkozy: «Je suis à côté de mon mari à 100%». Toujours ironique, je ne puis m’empêcher de me demander comment l’on pourrait bien se tenir à côté de quelqu’un à 50 %… Sauf à être doté du don d’ubiquité.
Ce n’est pas la première fois que je constate qu’elle parle de beaucoup de choses qui la dépassent visiblement puisqu’elle avoue n’y rien connaître. Du grand art ! Peut-être n’est-elle pas la seule dans ce cas. En ce qui me concerne, je n’oserais même pas. Si quelque chose m‘échappe, soit je ferme ma gueule, soit je me documente. L’on ne perd rien à s’enrichir intellectuellement.

Cela ne semble pas son cas à lire un autre article de 20 Minutes : Carla Bruni-Sarkozy transforme son image culturelle . Le sous-titre vous donnera une idée assez précise de cette nouvelle UM/Posture. « Posture » étant tout à fait le terme qui convient dans son cas.
« L'épouse du chef de l'Etat candidat à sa propre succession vient d’accorder une interview à TV Mag, le supplément du Figaro ». Elle y évoque des goûts très populaires: Plus belle la vie ou Fort Boyard »...

Le plus marrant étant que ce fût dans un supplément du Figaro dont on peut supposer les lecteurs/trices plus sensibles à la culture en général qu’à la téléréalité et autres émissions populaires. Comment ne pas penser qu’elle aussi est gagnée par un syndrome schizo ? Est-ce la même Carla Bruni qui, selon Slate, affirmait « J’adore aussi Arte… Quelle belle chaîne intéressante ! ». Soit. Mais, vérification faite, c’est dans le cadre d’une autre interview donnée au supplément télé du Figaro le même jour  (c’est vraiment une opération commando type « Venez à nous, les classes populaires ») : Carla Bruni : «Mon mari m'a initiée au Tour de France» .

Séduire l'electorat populaire

Ceci dit, moi aussi j’aime le Tour de France, et suis tombée dans la marmite de potion magique depuis 55 ans, tout comme le foot dont elle affirme « N'oubliez pas que vous parlez à une Franco-Italienne ! Comment pourrais-je ne pas aimer le foot ? ». Cela ne veut absolument rien dire du tout… Je connais un certain nombre de personnes d’origine italienne qui ne s’intéressent nullement au football.

Carla Bruni jette l’éponge : tenter de cultiver Nicolas Sarkozy — plutôt se contenter de faire semblant qu’il soit cultivé ou qu’il y mette de « la bonne volonté culturelle » comme eût dit Pierre Bourdieu — l'entreprise relève de Mission impossible… Carla Bruni se souvient-elle de cette (excellente) série télévisée du temps jadis, elle qui affirme être une « accro des séries  : C’est bien là tout le problème, elles vous rendent accro ». J’avoue ne pas connaître la plupart de celles dont elle parle. Je passe trop peu de temps devant la télévision et préfère sinon les reportages ou documentaires sur les sujets qui m’intéressent.

Tout de même ! La ficelle de la marionnette — elle dit apprécier les Guignols, doit-on la croire ? Elle est aussi menteuse que son mari — agitée depuis la fosse du souffleur s’activant depuis le Théâtre du Grand guignol de l’Elysée — je vous jure qu’il existe ! — est  trop grosse… Il ne s’agit que de draguer lamentablement l’électorat populaire.

Charlotte Pudlowski ne s’y trompe pas le moins du monde comme en témoignent ses intertitres : « Une stratégie commune ; transformation radicale »… Elle aussi ferait dans le « transformisme » rejoignant Nicolas Sarkozy sur le plan du perpétuel « J’ai changé »…

Non plus que Christian Delporte, historien des médias et auteur d’une Histoire de la séduction en politique qu’elle a interrogé pour 20 Minutes : « On pouvait se demander quelle serait la place de Carla Bruni dans le dispositif de campagne de Nicolas Sarkozy : ça y est, on a trouvé. C’est de l’humaniser et de le rendre plus populaire. »
Et quoi de mieux pour cela que d’invoquer des programmes qui réunissent devant leur écran des millions de Français?

Pour Marie Lherault, socioloque des médias et auteur de La télévision pour les nuls, l’idée de Carla Bruni est de « passer pour une téléspectatrice comme les autres. Etre comme tout le monde ».  Finie donc l’époque où pour atténuer l’image tape-à-l’œil et inculte de Nicolas Sarkozy, Carla Bruni « fit longtemps figure de première dame raffinée, qui le tirait vers des goûts culturels plus élitistes, tant en cinéma, en littérature, que dans leurs fréquen-tations mondaines »… C’est Bigard qui reprend le dessus !

« Mais personne n’y a cru, juge Christian Delporte. Donc cela n’avait pas de sens de s’obstiner dans cette direction, et c’est plus porteur d’aller vers les goûts des électeurs avec des programmes populaires » ajoutant que, dans une élection présidentielle, « une partie des électeurs votent au feeling, à la sympathie.
Hortefeux dit lui-même que Sarkozy n’a pas une image assez sympathique. Là, c’est une manière d’humaniser le couple, de montrer qu’ils peuvent comprendre les goûts des français. On les visualise en train de regarder M6 ou TF1 comme tout le monde
».


Selon Marie Lheraut « cette stratégie de proximité tombe dans l’excès parce qu’ils sont dans l’urgence ». 66 jours avant la présidentielle… à un chiffre près, c’est « le signe de la bête » de l’Apocalypse.

Réussiront-ils à séduire l’électorat populaire par cette palinodie ? Je ne saurais le dire mais ne peux manquer d’avoir encore une fois bien envie de rigoler (jaune)  en lisant que Slate traduit cette réponse « Quand je vois ce qui se passe en Grèce, j’ai peur. J’ai moins peur en me disant que c’est lui le président » par « J’ai épousé Dieu et je suis un peu bêtasse »… Tiens, donc ! Je ne m’en étais même pas rendue compte…
Peut-être aurez vous une réponse à ma dernière question : comment se fait-il que depuis ce matin « il se murmure à mon oreille quelque chose comme P… » ?
source: marianne
Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 08:28

Réforme de la prime pour l'emploi: Hollande dénonce «une mystification» de Sarkozy

François Hollande le 22 février à Paris
François Hollande

Pour le candidat du Modem, François Bayrou, la proposition du Président consisterait à «prendre aux pauvres pour donner aux pauvres».

Par LIBÉRATION.FR

François Hollande attendri par le mea culpa de Nicolas Sarkozy sur la célébration au Fouquet's de sa victoire de mai 2007? «Oui, ca m'a touché. Il y a un côté petit garçon qui vient de dire qu'il ne retournerait plus au Fouquet's la fois prochaine», raille, sur France Inter, le candidat PS. «Il a même balbutié, bafouillé. Il y avait quelque chose d'émouvant de celui qui était allé au Fouquet's il y a cinq ans et qui promettait de ne plus y revenir», enfonce-t-il.

 

Après l’interview de Nicolas Sarkozy sur France2, mercredi soir, son rival socialiste s'est aussi montré sceptique sur le projet du Président de «réformer complètement» la prime pour l'emploi - allègement des charges sur les bas salaires en supprimant la prime pour l'emploi: «Nous sommes dans une campagne électorale. Les promesses peuvent se faire, elles ne peuvent pas être des tours de passe-passe, des mystifications et hier, c'était une mystification.»

 

Pour le candidat du Modem, François Bayrou, interrogé par I-télé, cette réforme consisterait à «prendre aux pauvres pour donner aux pauvres»: «Ce qu'on va redistribuer - soi-disant, dit-on - c'est ce qu'on aura pris déjà à des aides et des allocations.» Quant à l'interdiction des «retraites chapeau» et à la fixation des rémunérations de PDG par les actionnaires, voulues par Sarkozy, le centriste s'est demandé pourquoi «avoir attendu cinq ans dans la crise où nous étions, dans les scandales qui se sont multipliés».

«Agitation de l'homme en train de se noyer»

Pierre Moscovici, directeur de campagne de  Hollande, a estimé, mercredi sur France 2, toujours sur cette proposition d'interdire les retraites-chapeau ou sur la moralisation des rémunérations, que Nicolas Sarkozy «reprend exactement les propositions» du PS. «Il découvre tout à coup les rémunérations excessives, alors qu'il a été l'ami des conseils d'administration», moque le député socialiste.

 

Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à la présidentielle, y a vu, lui, l'«agitation frénétique de l'homme en train de se noyer». A Nicolas Sarkozy qui veut généraliser l'expérience en cours de 7 heures de travail d'intérêt général par semaine pour tous les bénéficiaires du RSA, l’eurodéputé, à l’issue d’un meeting à Bastia, a répondu que c'était «une pente extraordinairement dangereuse que le travail forcé». Sur les parachutes dorés, «ça le prend deux mois avant de s'en aller! Qu'il nous laisse faire!», s’exclame Mélenchon.

 

A l’inverse, Brice Hortefeux, vice-président du conseil national de l'UMP, a salué «des propositions très concrètes pour plus de responsabilité, plus de solidarité et plus de justice». «S'inscrivant au-delà des clivages partisans et tirant tous les enseignements de la crise économique mondiale, Nicolas Sarkozy a tracé des pistes pour que chacun puisse être mieux rémunéré selon son mérite et son travail», vante l’ami fidèle du chef de l’Etat.

source libération

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 06:56

sarko-pujadas

Humour: Sarkozy Du fouquet's à la cantine

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans humour:caricatures -photo
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 06:46
Sarkozy en visite à l'usine de fromages de Vallières, le 16 février 2012.
Sarkozy en visite à l'usine de fromages de Vallières, le 16 février 2012.

ChroniquePendant la campagne présidentielle, Jacky Durand chronique la cuisine politique.

Mais quelle fourchette a piqué Nicolas Sarkozy? V'là-t-y pas que le candidat-Président se passionne pour les métiers de bouche. Jugez vous-même: le 16 février en Haute-Savoie, il a rencontré un chocolatier et un traiteur à Annecy; visité la fromagerie Chabert à Vallières où il est devenu incollable sur la fabrication du reblochon et de l'emmental de Savoie.

 

 Le 20 février, il a mis son réveil sur 6 heures pour se rendre sur le marché d'intérêt national de Rungis, histoire de croiser «La France qui se lève tôt », comme il l'avait déjà fait à plusieurs reprises en 2007. «Le Président a visité les pavillons de volaille et de viande de boucherie, échangé avec les professionnels qui y travaillent quotidiennement, avant de prendre un petit déjeuner chaleureux avec des représentants des différents métiers de boucherie», nous narre le site www.lafranceforte.

 

 Dommage que le Président n'ait pas eu le temps de se rendre dans le secteur fruits et légumes, histoire de nous ramener un kilo de maltaises et un chou frisé. Parce qu'avec tous les rayons bouffe qu'il a faits en quatre jours, on aurait pu se faire un vrai gueuleton républicain.

 

 

Mais l'essentiel est ailleurs, puisque le 20 février, Nicolas Sarkozy a mangé à la cantine de l'usine Alstom à Aytre (Charente-Maritime). Vous vous rendez compte? à la cantine... Sur les photos où on l'entrevoit (c'est des frites dans son assiette?), il a l'air plutôt réjoui avec sa petite serviette blanche à la main.

 

 C'est vrai que ça doit le changer du Bristol, à deux pas de l'Elysée, où il a ses habitudes. Bon d'accord, c'est un peu facile de se glisser dans une telle comparaison. Mais ça ne vous fait pas un peu bizarre, à vous aussi, un Président qui met cinq ans pour passer du Fouquet's à la table des ouvriers? On sait, vous allez dire, il a changé.

 

Mouais, on nous a déjà fait le coup du Président qui joue de l'accordéon et s'invite à manger chez les Français (VGE).

 

 Alors, nous, on attend de voir comment Nicolas Sarkozy va s'y prendre pour continuer de manger dans la gamelle du peuple jusqu'au mois d'avril. Tiens, un samedi, on pourrait aller au marché du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis). On connaît un tripier qui a des fameux steaks de hampe. On achèterait aussi un peu de collier de mouton et des patates pour faire un Irish stew (ragoût irlandais). Mais attention, Président, faut pas être pressé pour que ça mijote. On vous ferait goûter un petit muscat d'Alsace, le temps que ça cuise et qu'on cause.

 

En attendant, on sait que demain, vous allez à Lille. Alors, si on peut se permettre, on va vous donner un conseil rapport à la bectance: quand vous sortez de la gare Lille-Flandres, prenez à gauche, vous verrez, il y a des friteries. Commandez-vous une fricadelle-frites avec un chiure de moutarde. Ok, c'est un peu roots mais sincère surtout. C'est le plus important non? Et puis, si vous avez envie d'une petite douceur, on vous recommande les gaufres à la vanille de chez Meert. Pas données, mais ça fait toujours plaisir à la famille.

source liberation

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 16:09

gif

Gif Bonne Soirée

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de meuse.ardennes
  • : parlons de la Meuse , des Ardennes,de tout ou de rien,de l'actualité avec sérieux ou humour,coup de gueule ou coup de coeur.
  • Contact

Passez un bon moment

Image hébergée par servimg.com C'est chouette ici.Sur Meuse Ardennes!!

Recherche

Revenez quand vous voulez

Image hébergée par servimg.com Bonjour et bienvenue sur ce blog

Texte Libre

à bientôt

A bientôt

compteur internet



Total des visiteurs sur Meuse Ardennes


ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

-------------------