Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:59

L'Italie accueille avec ironie ce "secret de Polichinelle" qu'est la candidature de Sarkozy.

 

Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi (gauche) et le président de la République française Nicolas Sarkozy. (AFP)

Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi (gauche) et le président de la République française Nicolas Sarkozy. 

L’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy ne fait pas les gros titres, ni pour les JT, ni pour les radios, ni pour les quotidiens. L’Italie accueille avec un mélange de scepticisme et d’ironie ce "secret de Polichinelle" qu’était la candidature sarkozienne, comme écrit "Il Messagero".

 

"Oui je suis candidat" titre quand même (en français) "Il Corriere della sera", plaisantant sur le thème du "capitaine qui n’abandonne pas son navire": s’agirait il d’une fine allusion au capitaine Schettino qui, lui, a laissé le Concordia alors que plus de 30 passagers n’avaient pas été sauvés? Sarkozy veut il se poser en "anti-lâche ?" 

 

"La Repubblica" de son côté signale sobrement que Sarkozy est devancé d’au moins cinq points par François Hollande dans les sondages. Puis, évoquant l’annonce d’une série de referendums en France : "Entre populisme et gaullisme, le recours à la souveraineté populaire a toujours été une constante du sarkozisme". Et le "Tempo" rappelle que Carla Bruni a opportunément renvoyé son projet d’émission télé.

L'"arrogance de Paris"

Le scepticisme italien sur cette candidature est le produit d’une longue histoire. Les Péninsulaires, ont souvent eu un complexe d’infériorité par rapport aux cousins transalpins (les Français), un complexe dû aux fastes du gaullisme, et meme à ce qu’on appelle ici  l’"arrogance de Paris" dans sa manière de se positionner sur l’échiquier international.

 

 Mais ces dernières années, le complexe s’est atténué, avec Sarkozy justement, qui est apparu ici en fait comme une pâle imitation de Silvio Berlusconi pour le coté bling bling de sa vie et de ses goûts . Mais avec cette différence que Berlusconi, lui, est riche de nature, tandis que son homologue français a été obligé de flirter avec la richesse des autres pour satisfaire ses propres désirs.

 

Sarkozy a donc contribué à raboter le traditionnel sentiment d’infériorité des Italiens par rapport aux Français. Suscitant même une certaine animosité supplémentaire. Pour deux motifs: la politique internationale qu’il a défendue, d’abord avec le coté va-t’en-guerre de son intervention en Libye (la Libye qui fut une colonie italienne!); le duo avec Angela Merkel (le néologime "Merkozy" a ainsi connu un frand succès dans la Péninsule), un duo qui semblait, au moins jusqu’au déclassement de la France pour son triple A, destiné à exclure les autres pays européens.

Animosité envers Carla Bruni

S’est ajoutée enfin une certaine animosité envers l’épouse du président français, Carla Bruni, Italienne émigrée en France, qui s’est permis de dire qu’elle était fière de ne plus être italienne justement, qui est venue en coup de vent lors du tremblement de terre de l’Aquila avec des airs de princesse en visite chez des parvenus, et qui enfin – cela a fait littéralement scandale- pourrait incarner les ouvrières émigrées  autrefois  en France, sous la forme d’une statue célébrative à Nogent-sur-Marne. Non, ni Sarkozy ni son épouse ne font plus partie du Panthéon  italiens. Surtout maintenant qu’un certain "Super Mario" a redonné confiance dans l’image de l’Italie à l’étranger .

Marcelle Padovani
Par Marcelle Padovani
source le nouvel observateur
Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:57

 candidat Sarkozy

 

 

Soyons mesquins quelques minutes, ça fait du bien. Un passage de la déclaration de candidature de Sarkozy semble être resté inaperçu, hier soir. Deux fois, le nouveau candidat a répété qu'entre ses meetings et ses visites de fromageries, il resterait président "chaque fois qu'il le faudra". En service minimum, donc. Ah tiens ? Ce n'est donc pas un job à plein temps, président ? C'est une succession de prestations ponctuelles, une réception par ci, un sommet de la dernière chance par là ? Si l'on peut être sans dommage, deux mois durant, un intermittent de l'Elysée, quel aveu, pour les cinq ans écoulés ! Accessoirement, on peut se demander à qui incombera la lourde responsabilité de le biper, en cas d'urgence. Mais passons, il y a mieux. 

 

 Persévérons dans la mesquinerie. S'étant déclaré candidat, il n'aura plus droit aux avions ni aux cortèges officiels, nous annonçait ce matin triomphalement France Inter, et voyagera en avion de location (trois heures de TGV pour Annecy, il faut croire que c'est trop long pour un candidat président) ou même en voiture, prêtée par les militants locaux. Parfait. Terminés également, les bouclages par la gendarmerie d'une ville entière, ou d'un demi-département, quand le cortège présidentiel devait le traverser en trombe. Quel courage, même tardif, de braver ainsi les risques ! Mais pourquoi ne pas l'avoir manifesté plus tôt ? Les risques sont-ils moins importants aujourd'hui ?

Touchons le fond de la bassesse: va-t-il conserver son salaire à plein temps, ou bien être cohérent, et insister pour être payé en piges, en cachets, ou en prestations ? Et alors facturera-t-il au forfait, ou au temps passé ? Quant aux multiples déplacements présidentiels depuis début janvier, va-t-il insister pour qu'ils soient imputés sur ses comptes de campagne, puisqu'il a admis avoir déjà pris sa décision "il y a quelques semaines" ? Autant de graves questions touchant à la marche de l'Etat que les journalistes qui entourent le candidat, soyons certains, vont maintenant oser lui poser, puisqu'ils sont désormais déliés du sacro-saint respect légitimement dû au président de la cinquième puissance mondiale.

 

 source arrêt sur images

           
Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:54

François Bayrou est revenu sur une polémique soulevée par le Petit journal puis par La Dépêche du Midi, lors d'une visite de Nicolas Sarkozy à Lavaur, dans le Tarn, sur le thème de la politique familiale. Des enfants auraient été "briefés" pour faire le meilleur accueil au chef de l'Etat, agitant un drapeau tricolore sur son passage.

Sur les images du Petit Journal, on voit des écoliers saluer le président sur son passage :



 


Une polémique reprise par le candidat centriste, mardi matin. "On m'a dit qu'il y avait une organisation par les services de la préfecture pour que les enfants d'une école se voient remettre des petits drapeaux pour aller crier 'Vive Nicolas Sarkozy' sur le chemin". "Si cela est vrai - je ne l'ai pas vérifié, cela pose tout de même un certain nombre de questions sur la manière dont nous concevons la démocratie en France et dont on peut utiliser les enfants. Cela rappelle d'autres régimes", a estimé François Bayrou. Invité à préciser sa pensée, le candidat centriste a ajouté : "Des régimes à l'Est, vous savez bien..."

"Cela rappelle d'autres régimes"

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:39

"Une France forte!": C'était le slogan de Giscard en... 1981 !

"Une France forte!": C'était le slogan de Giscard en... 1981 !

"La France forte" c'est donc le nouveau slogan de Nicolas Sarkozy.

Un slogan qui a déja été utilisé par un autre Président Français sortant. C'était en 1981... par Valéry Giscard d'Estaing qui souhaitait être réélu en pleine crise économique.

Valéry Giscard d'Estaing avait en effet fait campagne pour le second tour sur le slogan «Il faut une France forte».

Au final en 1981, c'est François Mitterrand qui était élu Président de la République

source morandini.com

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:17

Des enfants forcés de crier "Vive Sarkozy" ?
Parla rédaction

le 15/02/2012

L'Elysée a-t-il mis en scène des enfants acclamant Nicolas Sarkozy lors d'un déplacement ? Certains parents montent au créneau, et sont relayés par le Daily mail, mais la mise en scène pourrait ne pas être aussi élaborée qu'ils le craignent.

Des enfants "forcés" d'acclamer Sarkozy durant un déplacement ? C'est ce que prétend aujourd'hui le quotidien britannique The Daily Mail. "Le président a suscité la polémique après qu'une douzaine d'enfants ont été forcés de s'écrier «Vive Sarkozy» alors qu'il visitait leur école." La polémique est en réalité née d'un article daté du 11 février et paru dans le quotidien régional La Dépêche du Midi. En déplacement à Lavaur, près de Toulouse, Sarkozy a été accueilli par des enfants qui l'ont acclamé alors que le chef de l'Etat se trouvait sur le parvis de l'Hôtel de ville.

 

 

La présence des enfants a été souhaitée et organisée par l'Alae (Accueil loisirs associé aux écoles), qui leur a par ailleurs confié des drapeaux tricolores. Un parent d'élève, Cyrille Atlan, a assuré au quotidien régional

:

"On leur a donné un drapeau bleu blanc rouge et on leur a demandé de dire fort «Vive Sarkozy!». Je n'ai pas été prévenue de cette sortie impromptue." Une citation reprise par le quotidien britannique The Daily Mail.

 

Le Petit journal a capté la séquence, le 9 février...mais les enfants s'écrient seulement "Sarkozy !" en choeur picto

 

Comment expliquer ces images ? La plupart des parents d'enfants membres de l'association avaient reçu une note les informant de ce déplacement, leur donnant la possibilité de refuser que leurs enfants participent. Mais un problème d'organisation interne a fait que la note n'a pas été diffusée auprès de tous les parents d'élèves : "A la mairie, on explique que cette «animation» a été faite au dernier moment et dans la précipitation, ce qui expliquerait que la demande soit inexacte et que certains parents ne l'aient pas eue dans les cartables", indique La Dépêche.

Autre couac, la note ne précisait pas que les enfants seraient au contact direct du président : "Les petits n'ont pas été conduits sur les allées Jean-Jaurès comme indiqué dans la note, mais bien à l'intérieur du périmètre de sécurité, place du général Sudre." Si ces dysfonctionnements ont irrité certains parents, un seul évoque l'hypothèse selon laquelle on aurait "forcé" les enfants à acclamer le président.

source http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#13166

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:15

Recette de pot au feu au porc

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans recette -filmée et écrite
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 08:11

Une recette de cuisine simple et originale de Boulettes de viande à l'ail

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans recette -filmée et écrite
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:44

Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande, a commenté sur TF1 : "On sait que Nicolas Sarkozy est candidat mais on ne sait pas bien pourquoi au fond."

 

François Bayrou, le candidat du MoDem, a estimé sur TF1 qu'une majorité de Français avait envie de changer le capitaine qui avait mené "le bateau sur un récif". "Ce qui était frappant à écouter Nicolas Sarkozy, c'est que c'était exactement les mêmes mots, les mêmes phrases, les mêmes exemples que depuis des mois et des mois. Et ce qu'on voyait quand on était de l'autre côté de l'écran, c'est qu'en réalité le bilan est tellement écrasant".

 

Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche :

 

Marine Le Pen, la candidate du Front national :

 

Eva Joly a commenté : "C'est clair qu'il faut une alternance. Il faut absolument que nous chassions Nicolas Sarkozy du palais de l'Elysée." "Tout ça pour ça", a lancé la candidate écologiste. "Il ne nous a rien dit. C'était le grand vide, pas un mot sur l'écologie, pas un mot sur la crise environnementale". Nicolas Sarkozy "est dans le déni du bilan de son mandat et dans le déni du fait que sa politique a détruit les emplois dans notre pays. Il est dans le déni qu'il déstabilise notre pays", a-t-elle dit sur France 2.

François Hollande a ironisé : "Vous connaissez la nouvelle du jour, le 'président-candidat' est désormais 'candidat-président'", a-t-il dit déclenchant les rires des quelque 10.000 personnes - selon le PS - venues l'écouter au Zénith de Rouen. "Je vais vous faire une confidence : moi je m'en doutais !"

 

Et encore

Michel Destot, député-maire PS de Grenoble, dans un communiqué : "Un deuxième mandat serait le sacrifice de trop pour les Français". "Toutes les contorsions auxquelles se livre Nicolas Sarkozy pour faire oublier le président en échec et le déguiser en un candidat du courage ne suffiront évidemment pas".

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF: "Cette annonce est une bonne  nouvelle: il va pouvoir être battu!". "Pour le pouvoir d'achat détérioré, pour  la retraite à 60 ans sacrifiée, pour les services publics rendus exsangues,  pour les immigrés et leur familles poursuivis, pour les chômeurs stigmatisés,  pour l'instauration de la TVA à 21,6%, et tant de chose encore, il est temps de  présenter l'addition au monarque du palais de l'Elysée". "Le 6 mai prochain  annulons la réservation au Fouquet's de Nicolas Sarkozy!"

 

Marie-George Buffet, député PCF, dans un communiqué : "Le Président s'est déclaré candidat. Qu'il le reste. Car, de lui comme président de la République, on n'en veut plus. Surtout parce que si nous voulons une France forte, il faut qu'il parte (...) Tel le cygne avant de mourir, son chant funeste n'amadouera ni ne convaincra plus personne."

 

Jean-Michel Baylet, président du PRG et membre de l'équipe de François  Hollande, dans un communiqué : "C'est la candidature du redoublement pour le président du triple échec du chômage, du déficit et du pouvoir d'achat. C'est un président tendu qui a longuement dessiné les contours d'un projet qui ne propose ni idée nouvelle, ni perspective nouvelle aux Français".

 

Nathalie Arthaud, candidate LO à l'Elysée, ironise sur le "président du Fouquet's" qui veut "se transformer en candidat du peuple! Qui le croira?". "Sarkozy est bien sûr candidat à la même politique au service des riches, il veut remettre ça pour cinq ans. Sarkozy a gouverné pour les riches, il sera candidat pour les riches!", a ajouté la candidate trotskiste dans un communiqué.

 

Roland Muzeau, porte-parole des députés du Front de Gauche, dans un communiqué : "Avec Nicolas Sarkozy, ce n'est pas la France forte mais la France au tapis! (...) Les Français ne peuvent pas être dupes: le projet indigeste de Nicolas Sarkozy, c'est la potion mortelle aujourd'hui imposée au peuple grec et demain à l'ensemble des peuples européens."

source Lci.tf1

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:30

La quasi totalité des éditoriaux de la presse de jeudi est consacrée à l'annonce de la candidature du président de la République sur TF1 mais celui-ci n'a guère convaincu leurs auteurs, d'aucuns ironisant sur son annonce de référendums populaires aux accents de "gadget".

"Le président a séduit sûrement, mais il n'aura guère convaincu", pense Olivier Picard (Les Dernières Nouvelles d'Alsace).

 

Dans L'Eclair des Pyrénées, Philippe Reinhard pense que "le problème n'est pas une question de crédibilité, mais une question d'affection. Sur ce terrain, il a déjà perdu la partie. Et sa prestation d'hier soir l'enfonce encore un peu plus. S'il veut convaincre le pays de le réélire, il lui faudra faire beaucoup mieux."

 

"Le recours au référendum à chaque fois qu'un blocage menacera un projet de réforme, le come-back de la valeur travail, les accents antiélites politiques et syndicales, la caricature de la position de son adversaire sur l'immigration: les ficelles sarkozystes semblaient bien grosses hier soir" commente Paul Quinio de Libération.

 

Patrick Fluckiger de l'Alsace juge, lui, qu'avec le référendum "Nicolas Sarkozy n'a pas pu s'empêcher de glisser une proposition-gadget qui fleure le "y'a qu'à". Dans La République du Centre, Jacques Camus voit le référendum comme un "sacré revirement venant de la part de celui qui s'est surexposé en accaparant toutes les manettes".

 

Pour François Ernenwein de La Croix, "il faudra sans doute plus de créativité, plus d'efficacité et plus d'équité. Notamment face à l'accroissement spectaculaire des inégalités."

"Il n'y a dans cette candidature rien qui fasse rêver. Il n'y a qu'une immersion directe dans les épreuves à affronter", pense Hervé Chabaud de L'Union, tout comme Philippe Waucampt du Républicain Lorrain: "Sa déclaration de candidature est banale, sans élan, dépourvue du moindre vibrato de nature à faire rêver."

 

Jean-Claude Souléry de La Dépêche du Midi trouve qu'"hier soir, certes loin des ors de l'Élysée, dans un studio de TF1 qui paraissait soudain trop grand, Nicolas Sarkozy l'a joué petit bras."

"Le tout nouveau candidat Sarkozy tient sa démonstration. Le reste s'enchaîne sans véritable surprise" analyse Michel Lépinay dans Paris-Normandie.

 

L'éditorialiste de L'Humanité Patrick Apel-Muller explique qu'"il prétend mener campagne sur des valeurs, alors que celles qui le préoccupent véritablement sont cotées en Bourse".

 

Paul-Henri du Limbert du Figaro préfère jouer sur les comparaisons: "il faut donc revoir sa compétitivité, son système de protection sociale, ses dépenses publiques, tout ce dont ne parle pas François Hollande et que Nicolas Sarkozy va mettre sur la table d'ici au premier tour. Ouvrir les yeux sur la réalité ou détourner le regard : c'est l'enjeu de cette présidentielle."

soure ariègenews

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 07:22

gif bon jeudi

Gif: Bon jeudi

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de meuse.ardennes
  • : parlons de la Meuse , des Ardennes,de tout ou de rien,de l'actualité avec sérieux ou humour,coup de gueule ou coup de coeur.
  • Contact

Passez un bon moment

Image hébergée par servimg.com C'est chouette ici.Sur Meuse Ardennes!!

Recherche

Revenez quand vous voulez

Image hébergée par servimg.com Bonjour et bienvenue sur ce blog

Texte Libre

à bientôt

A bientôt

compteur internet



Total des visiteurs sur Meuse Ardennes


ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

-------------------