Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 04:57

 

Environ 400 manifestants, pour la plupart des indépendantistes basques, ont accueilli sous les huées Nicolas Sarkozy à Bayonne, jeudi après-midi.

Environ 400 manifestants, pour la plupart des indépendantistes basques, ont accueilli sous les huées Nicolas Sarkozy à Bayonne, jeudi après-midi.

Retranché dans un bar, le -candidat a dénoncé «la violence d'une minorité, de voyous, de terroristes» et leur comportement inadmissible». Et il a aussitôt mis en cause François Hollande et le PS. Selon les journalistes sur place, des personnes brandissant le programme de François Hollande étaient présentes, mais n'ont pas participé à ces débordements.

En début de soirée, à son arrivée au Conseil européen de Bruxelles, Nicolas Sarkozy en a appelé à son rival socialiste. «J'aurai l'occasion de stigmatiser le comportement de voyous qui sont la honte la République», a-t-il dit. «Je ne peux pas imaginer une seconde que M. Hollande ne condamne pas ces méthodes (..) François Hollande se grandirait en condamnant ces comportements.»
 
 Un peu plus tard, il a accusé son rival socialiste «d'échauffer les esprits». «Hollande a annoncé l'épuration s'il était élu, de tous les magistrats, de tous les fonctionnaires et de tous les ambassadeurs qui ne pensaient pas comme lui, alors forcément, ça échauffe les esprits des gens de la base.»

Hollande : «Ne jamais céder à à la violence»

Réponse de l'intéressé en meeting à Lyon : «Nous devrons être à la hauteur du rendez-vous de l'élection (...), ne jamais céder à la polémique inutile, à la violence verbale encore moins à la violence physique.» Le candidat socialiste a ajouté : «Le seul droit que nous avons (...) est le droit de manifester, et aussi le devoir d'utiliser le bulletin de vote.»


La porte-parole du candidat UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait formulé des accusation directes dans l'après-midi : «Il semble que le Parti socialiste ait organisé à Bayonne des manifestations de rue contre Nicolas Sarkozy et qu'il n'ait pas hésité à s'associer à des indépendantistes basques à cette occasion», a-t-elle déclaré à l'AFP. Des accusations démenties par le PS. «Il n'y avait aucun militant socialiste dans ces violences», a assuré Manuel Valls.


Le député-maire de Bayonne Jean Grenet (UMP/radical) a affirmé à l'AFP qu'il avait «personnellement déconseillé» à Sarkozy de se rendre dans «le petit Bayonne», considéré comme un bastion des nationalistes basques. Selon une source policière, «il est toujours difficile de garantir la sécurité maximale des personnalités qui s'y rendent».

Retranché dans un bar

A son arrivée à Bayonne, des dizaines de jeunes opposants attendaient le candidat UMP et l'ont hué à sa descente de voiture, aux cris de «Sarko président des riches!», «Sarkozy dégage!», couvrant largement les «Sarkozy président» de partisans du chef de l'Etat, en moins grand nombre. A une terrasse, des opposants ont déployé une banderole : «Sarkozy, travailler sept jours sur sept jusqu'à 77 ans. Y'a bon, y'a bon la croissance.»

La tension est ensuite montée d'un cran. Au milieu d'une foule de partisans criant «Nicolas! Nicolas!» et de nombreux opposants criant «Nicolas kampora!» («Nicolas dégage!», en basque), le chef de l'Etat s'est très difficilement frayé un passage dans les rues étroites du petit Bayonne jusqu'au bar du Palais, rue d'Espagne, sous une pluie de bulletins de vote de Batera, un collectif réclamant une collectivité territoriale pour le Pays basque.

Des CRS ont formé un cordon sanitaire entre le chef de l'Etat et les quelque 400 manifestants. Le candidat de l'UMP s'est réfugié dans le bar vers 16 heures - pour n'en ressortir qu'à 17 heures. Des oeufs ont été jetés sur la vitrine devant laquelle une foule compacte s'est formée, tandis que des CRS ont été appelés en renfort pour permettre à Nicolas Sarkozy de sortir de l'établissement.

Sarkozy : «Si c'est ça la République qu'ils préparent, ça donne pas envie qu'ils arrivent»

«Il n'y aucune raison de perdre son sang-froid. Si c'est ça la conception de la démocratie, que des socialistes s'associent à des indépendantistes basques pour empêcher quoi? Qu'est-ce qu'ils ne supportent pas ? Que des centaines de gens veuillent me soutenir et veuillent me parler? Eh bien, ça promet», a déclaré le président-candidat au micro de BFM-TV, avant de lâcher : «Si c'est ça la République qu'ils préparent, ça donne pas envie qu'ils arrivent.»

Attendu dans la soirée à Bruxelles pour un sommet européen, il a aussi évoqué des «comportements de voyous». «Ici, nous sommes en France, sur le territoire de la République française, et le président de la République ira partout sur le territoire», a-t-il ajouté. «Et si ça ne plaît pas à une minorité de voyous, ils devront s'y faire», a-t-il mis en garde.

Plus tôt dans l'après-midi, trois personnes avaient été interpellées après avoir lancé des fusées en l'air à proximité d'une ferme visitée par le chef de l'Etat à Itxassou (Pyrénées-Atlantiques). Elles ont été conduites à Bayonne par les forces de sécurité pour «vérification d'identité», ont indiqué les gendarmes à l'AFP.

VIDEO. Nicolas Sarkozy hué et chachuté à Bayonne

LeParisien.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de meuse.ardennes
  • : parlons de la Meuse , des Ardennes,de tout ou de rien,de l'actualité avec sérieux ou humour,coup de gueule ou coup de coeur.
  • Contact

Passez un bon moment

Image hébergée par servimg.com C'est chouette ici.Sur Meuse Ardennes!!

Recherche

Revenez quand vous voulez

Image hébergée par servimg.com Bonjour et bienvenue sur ce blog

Texte Libre

à bientôt

A bientôt

compteur internet



Total des visiteurs sur Meuse Ardennes


ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

-------------------