Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 08:35

 Denis Jeambar

 

Retrouver les suffrages des électeurs, se faire une place parmi une vieille tribu ou quitter élégamment une femme, nos hôtes échangent leurs recettes… A la Closerie des Lilas : Robert Hossein, une légende du spectacle ; Isabelle Debré, sénatrice des Hauts-de-Seine ; et Denis Jeambar, un écrivain pamphlétaire.
 

S’appeler Debré n’est-il pas un handicap ? Isabelle Debré, sénatrice UMP, répond : « J’ai épousé Vincent, le frère de Bernard et de Jean-Louis. Je suis une modeste pièce rapportée, et peut-être une valeur ajoutée. Quand vous êtes une femme, dans une assemblée, on vous repère, c’est un nom qu’on retient. Mais on n’a pas droit à l’erreur. Paradoxalement, j’ai voté contre la loi sur la parité.

 

Et si je suis élue, c’est bien grâce à cette loi. Au Sénat, je gagne 6 000 euros par mois, et j’ai des avantages : gratuité pour le train, le téléphone, un forfait taxi. » Denis Jeambar n’est pas tendre à l’égard du chef de l’État. « Sarkozy ne pratique pas l’excès de pouvoir, mais le pouvoir à l’excès. Sa modernité a sombré dans la trivialité. Partir avant d’être renvoyé, tel est l’enjeu. Il terminera en guenilles s’il se représente.

 

Se faire réélire sur son bilan, c’est -impossible. Sarkozy est incapable de tenir la posture présidentielle. Il n’a pas l’épaisseur culturelle, l’historique nécessaire, il est incapable de donner un sens à son action. Et quand il fait bien – ce qui lui arrive [retraites, universités…] –, il n’en est pas crédité. Ne pas se représenter serait un geste gaullien. Deux ans plus tard, il obtiendrait 80 % de popularité. Non seulement il sortirait par le haut, mais il pourrait se représenter en 2017. Si François Hollande gagne la primaire, la droite a perdu. » Isabelle Debré rêve : « Si le candidat socialiste est élu, il n’est pas exclu que l’Assemblée reste à droite. »

 

Robert Hossein est un rien exalté, une béquille à la main. « J’ai fait une mauvaise chute à Lourdes. Mais souffrir n’a jamais fait de mal, ça rend humble. Mon nouveau spectacle, Une femme nommée Marie, a réuni à Lourdes 25 000 spectateurs dont 3 000 malades. Tous étaient invités. Voilà deux ans d’ailleurs que je n’ai pas de salaire. Ce ne sont pas les gens de mon métier qui m’ont aidé, j’ai dû faire la manche. Le vrai miracle, c’est que Marie a réuni plus de 2 millions de télé-spectateurs sur France 3, face à un match de rugby. Un spectacle que je reprends au Palais des Congrès dès le 24 octobre. »

 

 Hossein est toujours aussi mystique. « Avant, je croyais en Dieu car je croyais dans les hommes. Aujourd’hui, je crois dans les hommes car je crois en Dieu ! J’y crois tellement qu’il finira bien par exister. Si nous n’avons pas le pouvoir de guérir, nous avons celui d’aimer, d’aider, de partager. Mais, avec tout ce qui se passe dans le monde, on est mal embarqués. Si toutes les religions ne s’unissent pas pour donner un sens à la vie, ça va péter. »

 

Robert Hossein se prendrait-il pour l’abbé Pierre ? « Je souhaite faire voter un nouvel impôt. Tout individu gagnant plus de 10 000 euros par mois devra obligatoirement verser un dixième de ses revenus aux plus démunis. Mon père me disait toujours : “Je suis né pauvre avec une cervelle de riche. Il vaut mieux cela que le contraire.” » Décidément, la foi l’obsède. « Je connais des athées plus près de Dieu que nombre de grenouilles de bénitier. » La mort, il en rigole : « Un de mes amis m’a confié récemment : “Robert, tu n’en as plus pour longtemps. Tu es presque immortel. Tu as déjà ton nom dans le Larousse.” »

 

Denis Jeambar, aujourd’hui président de l’Institut pratique de journalisme Dauphine, éditorialiste pour la chaîne LCP, achève un film sur François Hollande et continue de décrypter le landerneau politique : « François Bayrou sait être tolérant ; Mélenchon sait mobiliser ; Martine sait diviser. »

 

À 83 ans, Robert Hossein aime à nous rappeler sa vie de don juan, un rien tumultueuse. « Je ne me suis jamais fâché avec les femmes de ma vie. Quand je partais, je leur faisais croire que c’étaient elles qui me quittaient. » Un bel exemple de savoir-vivre.

source: VSD

Partager cet article

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de meuse.ardennes
  • : parlons de la Meuse , des Ardennes,de tout ou de rien,de l'actualité avec sérieux ou humour,coup de gueule ou coup de coeur.
  • Contact

Passez un bon moment

Image hébergée par servimg.com C'est chouette ici.Sur Meuse Ardennes!!

Recherche

Revenez quand vous voulez

Image hébergée par servimg.com Bonjour et bienvenue sur ce blog

Texte Libre

à bientôt

A bientôt

compteur internet



Total des visiteurs sur Meuse Ardennes


ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

-------------------