Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 10:00
AdTech AdAdTech Ad

Insécurité : les chiffres trafiqués de Guéant


A trois mois de la campagne, le ministre de l’Intérieur a annoncé ses statistiques triomphalistes sur la délinquance. Mais il n’y a plus que lui pour croire à la fiabilité de ces chiffres.



(Dessin : Louison)
Claude Guéant est énarque et ça se voit.
 
 En présentant ce mardi, les chiffres de la délinquance, il a fait usage d’une formule digne des plus belles langues de bois : « La façon dont je présente les choses aujourd'hui sera sans doute la dernière parce qu'on peut aller vers un système plus moderne, mais il n'empêche que ce que je présente est rigoureusement exact ». Plus moderne parce que trop criticable. En effet, la présentation des chiffres de la délinquance à travers un indice global regroupant les vols à l’étalage et les meurtres d’enfants est critiquée à gauche, comme il est usuel, mais aussi dans les rangs mêmes de la majorité.
 
Même Alain Bauer, un ami du chef de l'Etat, par ailleurs président de l’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réonses pénales), a admis ce biais. Le ministre de l’Intérieur ne pouvait donc qu’admettre cette faille statistique… tout en s'efforçant de crédibiliser ses résultats.  Moyennant cet argumentaire quelque peu tourmenté, le ministre a pu dérouler un bilan très favorable : l’insécurité recule en 2011 pour la « 9e année consécutive » avec une « baisse » de 0,34%  (!!!) des infractions enregistrées par les forces de l’ordre en 2011 après une baisse de 2,1% en 2010. Une baisse globale qui suit les autres chiffres dévoilés pendant l’année concernant Marseille ou Paris.

Des chiffres sortis du chapeau

Et Guéant a profité de la présentation de son bilan pour creuser son filon de la « délinquance roumaine ». Invité sur RTL, il a pointé la hausse de 16% des cambriolages dans les résidences principales et secondaires. Bien évidemment, ce chiffre n’a rien à voir avec la baisse des effectifs de police et de gendarmerie.

En vérité, selon le ministre, cela est « dû à un phénomène nouveau qu'il est très difficile de combattre qui est celui des raids menés par des personnes originaires d'Europe centrale ou orientale ». A croire qu'avant l'arrivée des Roumains en France, il n'y avait aucun cambriolage. Quelques instants plus tard sur France Inter, l'historien Patrick Weil montrait que la politique d'immigration du ministre revient, pour faire du chiffre à « dégager » des Roumains qui reviennent quelques mois plus tard...
 
Le lien entre délinquance et immigration, c’est le nouveau dada de Claude Guéant. Certes, les chiffres officiels existent mais ils sont loin des affirmations du ministère ou de la préfecture de police de Paris qui annonçait une hausse de 90% des mis en cause roumains sur les sept premiers mois de 2011 dans la capitale et sa banlieue.
 
Deux sources principales existent pour avoir des données au plan national. Elles lient toutes nationalité et délinquance et non immigration et délinquance (Un immigré n’est pas forcément un étranger s’il a acquis la nationalité française et on peut être un étranger né en France vu qu’il faut avoir 18 ans pour acquérir automatiquement son passeport tricolore). On a d’une part, les chiffres de l’ONDRP … dont la dernière étude sur le sujet se base sur la délinquance de 2005. Guéant, avec ses cambrioleurs roumains, sort donc des chiffres de son chapeau.

Instrumentalisation de la statistique

Mais si l'étude de l'ONDRP est ancienne, elle reste pertinente. Bilan : 13,7% des mis en cause pour atteintes aux biens et 14,2% pour atteintes à la personne (hors vols avec violence) sont des étrangers. Mais s’il y a bien une surreprésentation des étrangers dans la délinquance, la hausse récente brandie par Guéant est à prendre avec beaucoup de pincettes. L’étude de l’ONDRP note qu’entre 1996 et 2005, « le nombre de Français et d’étrangers mis en cause a fortement varié » entre hausse et baisse. Et entre 2003 et 2005 « le nombre d’étrangers mis en cause baisse (- 9 %) alors que celui des Français augmente (+ 5,3 %) ». L’ONDRP devrait publier une nouvelle étude sur la délinquance étrangère mais elle ne sera pas publiée avant février. Le ministre de l’Intérieur n’a pas eu la politesse d’attendre un mois de plus.
 
En attendant, les chiffres les plus récents viennent du ministère de la Justice. Ils se basent sur les condamnations et non sur les seules interpellations. On peut imaginer qu’ils sont plus justes vu qu’ils écartent tout soupçon d’arrestation arbitraire ou de contrôle au faciès. Conclusion : en 2010, 12,64% des condamnés pour crimes (punissables de plus de 10 ans de prison) étaient des étrangers, cette proportion est de 12,58% pour les délits. Mais là encore s’il y a bien sur-représentation de la délinquance étrangère, la  variation année par année reste plus faible que ne le clame Guéant : entre 2007 et 2010, la part de condamnés étrangers a varié entre 12,23% et 12,64% pour les crimes et entre 11,8% et 12,58% pour les délits.
 
Même si on ne peut nier la poids des étrangers dans la délinquance, la campagne de Guéant relève donc de la pure surenchère. L’objectif du ministre est en fait purement politique : donner une pseudo-validation statistique à la propagande UMP. Comme par hasard, en ce moment, une proposition de loi sur l’élargissement des interdictions de territoire pour les délinquants étrangers est promue par les députés Eric Ciotti, Philippe Goujon et Jean-Paul Garraud. Bref, la statistique officielle, censée être un outil impartial d’évaluation, est transformée en un outil partisan pour la campagne 2012 de Sarkozy

Hausse de la violence

Il est vrai que si on se penche plus en détail sur les chiffres, la droite n’a pas de quoi pavoiser. Si Guéant brandit sa baisse de 0,34%, il oublie que ce chiffre cache la hausse des infractions les plus violentes. Par exemple, si les atteintes aux biens baissent de 1,7%, les atteintes aux personnes restent stables avec une hausse de 0,1%. Pire, les violences contre les personnes ont augmenté de 8% depuis 2007 et ce sans discontinuer. 
 
Dans ce lot, les violences physiques non crapuleuses (pour un motif autre que le vol) ont augmenté de 0,2% entre 2010 et 2011 et de 10,1% depuis 2007, avec là encore, c’est une hausse continue. De même, les vols avec violences sont restés stables entre 2010 et 2011 mais ont augmenté de 7,1% entre 2007 et 2011 (après une baisse de 11,2% entre 2006 et 2007). Tant pis, le candidat Sarkozy 2012 n’aura qu’a réitérer les promesses du candidat Sarkozy 2007.
source marianne  

Partager cet article

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de meuse.ardennes
  • : parlons de la Meuse , des Ardennes,de tout ou de rien,de l'actualité avec sérieux ou humour,coup de gueule ou coup de coeur.
  • Contact

Passez un bon moment

Image hébergée par servimg.com C'est chouette ici.Sur Meuse Ardennes!!

Recherche

Revenez quand vous voulez

Image hébergée par servimg.com Bonjour et bienvenue sur ce blog

Texte Libre

à bientôt

A bientôt

compteur internet



Total des visiteurs sur Meuse Ardennes


ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

-------------------