Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 08:11

Une confirmation de la relaxe ne signifie toutefois pas la fin des ennuis pour le président de République Solidaire. Le parquet général a tout d'abord la possibilité de porter l'affaire devant la Cour de cassation. En outre, l'ancien premier ministre fait l'objet d'accusations de corruption de la part de l'avocat Robert Bourgi qui lui impute d'avoir perçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains entre 1997 et 2005.

9h18. Gergorin «heureux». «Nous avons fait les deux tiers du chemin de la vérité, a délaré Me Paul-Albert Iweins, avocat de Jean-Louis Gergorin . Celui qui était considéré comme un faussaire est relaxé de quatre chefs d'accusations

 

 

Epilogue de l'affaire Clearstream pour Dominique de Villepin ?

 

 

Après cinq ans de bataille judiciaire, est sorti la tête haute de la cour d'appel de Paris. Soupçonné de «complicité de dénonciation calomnieuse» dans l'affaire Clearstream, mais relaxé en première instance en 2010, celui qui n'a jamais caché son ambition de participer à la présidentielle de 2012 a vu sa relaxe confirmée par la cour d'appel ce mercredi matin, peu après 9 heures.

 

sur cinq. Il est heureux de cette partie accomplie mais toute la vérité n'est pas dite.9h22. «L'autre Clearstream». Concernant les accusations de Philippe Bourgi sur le versement de mallettes de billets venant de chefs d'Etats africains, Me Metzner demande à ce que Villepin soit entendu au plus vite avant de s'interroger sur ce dénonciateur qui «était encore un collaborateur de il y a un mois».

9h20. «La vérité l'a emporté aujourd'hui», estime Olivier Metzner, avocat de Dominique de Villepin, dénonçant «l'acharnement du juge d'instruction et de l'opinion publique».«Il faut arrêter avec ce système judiciaire dans lequel il faut six ans pour que soit reconnue l'innocence» a-t-il dit avant de conclure : «Cette affaire restera pour M. de Villepin un cauchemar et doit être une leçon pour l'avenir».

9h16. Villepin salue «l'indépendance de la justice». Souriant à la sortie de la salle d'audience, il s'avance vers les micros. «Après six années d'un acharnement sans précédent, après six années d'épreuves pour ma famille, la justice a reconnu pour la deuxième fois mon innocence. Je veux saluer l'indépendance de notre justice qui a su résister face aux pressions politiques.

 Je veux croire que cette décision contribuera à rendre notre vieux pays moins vulnérable à la rumeur et la calomnie, qui ne méritent que le mépris. Rappelons nous : cette affaire a été initiée à la veille de l'élection présidentielle de 2007. Comme j'aimerais que cela serve de leçon pour 2012. En ce qui me concerne, je sors renforcé de cette épreuve et plus déterminé que jamais à servir les Français». 

9h06. Jean-Louis Gergorin est condamné en appel à 3 ans de prison, dont 6 mois ferme contre 15 en première instance, et 40.000 euros d'amende.

9h05. Imad Lahoud est condamné en appel à trois ans de prison dont 18 mois ferme, et 40.000 euros d'amende. Son avocat dit envisager «un pourvoi en cassation».

9h01. La relaxe est confirmée pour Dominique de Villepin.

9 heures. Attente. Journalistes, cameramen et photographes attendent par dizaine à la sortie de la salle d'audience.

8h54. Angoisse. L'avocat d'Imad Lahoud, Olivier Pardo déclare attendre le délibéré «avec angoisse et espoir».

8h53. Tension. Selon la chroniqueuse judiciaire Pascale Robert-Diard, qui twitte depuis la salle d'audience, Villepin, Gergorin et Lahoud, assis à quelques centimètres les uns des autres, n'échangent «pas un regard, pas un mot».

8h52. Arrivée.
Dominique de Villepin est entré dans la salle d'audience.


8h50. Imminent. Le délibéré est prévu à 9 heures.

Villepin fixé sur son sort ce mercredi


8h30. Propreté. Invité d'Europe 1 matin mercredi, a simplement souhaité une «vie politique propre».

8h20. Révélations. Pour Me Paul-Albert Iweins, l'avocat de Jean-Louis Gergorin, interrogé sur Europe 1, de nouvelles révélations justifient le report de la décision de ce matin. Le témoignage d' un personnage de dernière minute, Alexandre Djourhi, cité dans le nouveau livre de Pierre Péan, est «un élément capital» qui justifie que la Cour d'appel rouvre les débats avant de prendre une décision.

source le parisien

Partager cet article

Repost 0
Published by meuse.ardennes - dans revue de presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de meuse.ardennes
  • : parlons de la Meuse , des Ardennes,de tout ou de rien,de l'actualité avec sérieux ou humour,coup de gueule ou coup de coeur.
  • Contact

Passez un bon moment

Image hébergée par servimg.com C'est chouette ici.Sur Meuse Ardennes!!

Recherche

Revenez quand vous voulez

Image hébergée par servimg.com Bonjour et bienvenue sur ce blog

Texte Libre

à bientôt

A bientôt

compteur internet



Total des visiteurs sur Meuse Ardennes


ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

-------------------